Nous avons reçu très tard dans la soirée du samedi 23 novembre dans notre boîte de messagerie cette lettre écrite en anglais et adressée à Mme Craft à propos de la démission de l’actuel locataire du Palais National en Haïti, M. Jovenel Moïse.

  • Vous trouverez plus bas la traduction française de la lettre de M. Blain

Dear Ambassador Craft,

I’ve heard that you visited my country few days ago to speak with President Jovenel Moise and some members of the opposition side. Because I involve in the process of find a solution, let me tell you what I know so far.

Jovenel Moise was elected by five hundred thousand people. Now more than two million fight for his departure. He was involved in the dilapidation of the Petrocaribe fund before he was even elected. While he’s in power, he added to his account the Dermalogue case and more.

He cannot govern because a shadow government watches his back. Furthermore, the political parties took all the height level posts within the Government. Mister Moise believes that he is the savior of people but he is the butcher of the state. His militia that operates in the slums of the Capital kills many people every day.

Jovenel Moise ran a small auto parts store in the back country before he becomes President.

In the other hand, the opposition groups were established for more than thirty years. They are part of the corrupt system. I cannot add more because they are useless.

I live in United States for more than thirty years. In 2003, I began to redact a document in which I focus on reshaping the Haitian public system. That includes Presidency, Parliament, Judiciary, Security, Health, Finance, Education and Agriculture.

They must abolish the post of Prime Minister, which causes endemic conflicts. They must decrease also the number of the Parliament members as well as the Majors. The President will lose control over the finance affairs, the security force and the judicial system. A new Agency will fight corruption and wrongdoing within the public sector.

In addition, I argue that the intelligentsia should take over the country. People should pass an exam to be able to enter the public sector.

I am the first person who introduced a Political Alternative last February and everyone followes.

I would like to see a Council of five people lead by a judge from the Supreme Court (cour de cassation) takes over the transitional period. By creating three different councils, I know how to incorporate the actors from the opposition in the transition process.

The country will need an international Force (1500 men) to secure the Capital and beyond and $150.000.000 to fund the reforms.

Mister Jovenel Moise should go and the actual opposition should not come, alone. People ask for a new political system that will benefit them. Tabula rasa. All elected officials must go and it is time to start form scartch.

As I said before, I spent the last sixteen years working on this project. It is a gift that I want to give to all my countrymen for the bicentenary of our Republic.

The Haitian turmoil is not impossible to solve. The problem is that the United States always chooses the wrong side.

If we refuse to initiate new reforms, every two years the country will experience political turmoil. Additional life will lose more businesses will close and people who have visa will stay in the United States.

I look forward to hearing from you.

Truly,

Rony Blain
Chairman of the Nouvelle opposition nationale
Graduated from Hunter College in
Music, French Literature, Political Science, Philosophy and Art History

Cher Ambassadeur Craft,

J’ai entendu dire que vous aviez visité mon pays il y a quelques jours pour parler au président Jovenel Moise et à des membres de l’opposition. Parce que je suis impliqué dans le processus de recherche d’une solution, laissez-moi vous dire ce que je sais jusqu’à présent.

Jovenel Moise a été élu par cinq cent mille personnes. Maintenant, plus de deux millions de personnes se battent pour son départ. Il a été impliqué dans la dilapidation du fonds Petrocaribe avant même d’être élu. Pendant qu’il était au pouvoir, il a ajouté à son compte l’affaire Dermalogue et plus encore.

Il ne peut pas gouverner parce qu’un gouvernement fantôme veille sur lui. En outre, les partis politiques ont occupé tous les postes de haut niveau au sein du gouvernement. Monsieur Moise croit qu’il est le sauveur des gens mais il est le boucher de l’Etat. Sa milice opérant dans les bidonvilles de la capitale tue de nombreuses personnes tous les jours.

Jovenel Moise dirigeait un petit magasin de pièces automobiles dans l’arrière-pays avant de devenir président.

D’autre part, les groupes d’opposition ont été établis pour plus de trente ans. Ils font partie du système corrompu. Je ne peux pas en rajouter car ils sont inutiles.

Je vis aux États-Unis depuis plus de trente ans. En 2003, j’ai commencé à rédiger un document dans lequel je me concentrais sur la refonte du système public haïtien. Cela inclut la présidence, le Parlement, le pouvoir judiciaire, la sécurité, la santé, les finances, l’éducation et l’agriculture.

Ils doivent abolir le poste de Premier ministre, ce qui provoque des conflits endémiques. Ils doivent également diminuer le nombre de membres du Parlement et des majors. Le président perdra le contrôle des finances, des forces de sécurité et du système judiciaire. Une nouvelle agence combattra la corruption et les actes répréhensibles dans le secteur public.

De plus, je soutiens que l’intelligentsia devrait prendre le contrôle du pays. Les gens devraient passer un examen pour pouvoir entrer dans le secteur public.

Je suis la première personne à avoir présenté une alternative politique en février dernier et tout le monde le suit.

Je souhaiterais qu’un conseil de cinq personnes dirigé par un juge de la Cour de cassation assume la période de transition. En créant trois conseils différents, je sais comment intégrer les acteurs de l’opposition dans le processus de transition.

Le pays aura besoin d’une force internationale (1 500 hommes) pour sécuriser la capitale et au-delà, ainsi que 150 000 000 $ pour financer les réformes.

Monsieur Jovenel Moise devrait partir et la véritable opposition ne devrait pas venir seule. Les gens demandent un nouveau système politique qui leur soit bénéfique. Tabula rasa. Tous les élus doivent partir et il est temps de partir en scartch.

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai passé seize ans à travailler sur ce projet. C’est un cadeau que je souhaite offrir à tous mes compatriotes pour le bicentenaire de notre République.

Les troubles en Haïti ne sont pas impossibles à résoudre. Le problème est que les États-Unis choisissent toujours le mauvais côté.

Si nous refusons d’initier de nouvelles réformes, le pays connaîtra une tourmente politique tous les deux ans. La vie supplémentaire va perdre plus d’entreprises va fermer et les personnes ayant un visa resteront aux États-Unis.

Je suis dans l’attente de votre réponse.

Vraiment,

Rony Blain
Président de la Nouvelle opposition nationale
Diplômé du Hunter College en
Musique, littérature française, science politique, philosophie et histoire de l’art

https://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/11/Kelly-Craft.jpghttps://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/11/Kelly-Craft-200x200.jpgLa RédactionOpinions / Réflexions / AnalysesNous avons reçu très tard dans la soirée du samedi 23 novembre dans notre boîte de messagerie cette lettre écrite en anglais et adressée à Mme Craft à propos de la démission de l'actuel locataire du Palais National en Haïti, M. Jovenel Moïse. Vous trouverez plus bas la traduction française...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS