Le président Jovenel Moïse, en mode «suicide politique», avance vers l’abîme. Sans accord politique, conseillé par des alliés dont Évans Paul, Sainphor Liné Balthazar, le sénateur  Joseph Lambert, fraîchement passé à l’opposition, redoute le pire pour le chef de l’État et pour le pays…

Le sénateur Joseph Lambert, interrogé mardi,  au second jour d’un nouveau «pays lock» et dans le sillage des sorties dans la presse de Sainphor Liné Balthazar, président du  PHTK et de l’ex-premier ministre Évans Paul, a confié au journal que dans l’état actuel des choses, le président Jovenel Moïse avance vers l’abîme et le pays avec lui. «Chaque pas du président est un pas vers l’abîme et malheureusement, le pays avec lui», a-t-il indiqué.

«Il s’est laissé guider par  une certaine conception du pouvoir et, à la Chambre des députés, il a composé avec sa majorité parlementaire pour compliquer davantage la situation», a poursuivi le sénateur Joseph Lambert, soulignant que le président Jovenel Moïse «n’a pas eu une conscience de notre pays» dont il n’a su mesurer la vraie dimension du problème haïtien, s’en  remettant «à ses impressions naturellement sans portée». «J’ai tenté l’ultime pour son mandat, j’ai voulu éviter le pire à mon pays. J’ai suggéré, j’ai proposé, j’ai agi et les réponses muettes ont plutôt encouragé le pourrissement», a déploré le sénateur du Sud-Est, qui a rompu de manière fracassante avec le président Jovenel Moïse.

Pas de salut dans le «suicide politique»

Comme Évans Paul et Sainphor Liné Balthazar, l’ex-président du sénat Joseph Lambert appelle le président Jovenel Moïse à œuvrer en faveur d’accord politique, avant qu’il ne soit trop tard et pour éviter le suicide politique. «Il faut absolument un accord politique, un bon, un vrai, qui tient compte de nos énormes problèmes, de la meilleure façon de les évaluer et des bonnes formules pour les résoudre cette fois. J’insiste pour des raisons de principe et d’opportunité. Il y a, d’une part, les sacrifices extraordinaires du peuple haïtien, d’autre part, la stratégie sans cesse renouvelée des forces de l’opposition et enfin l’entêtement improductif du président Jovenel Moïse. Nous n’avons pas besoin d’attendre une plus grande catastrophe avant de conclure un accord politique. Les conséquences auront été trop fortes pour le pays qu’il faut préserver par dessus tout et le président de la République devra comprendre qu’il n’y a pas de salut dans le suicide politique», a indiqué le sénateur Joseph Lambert.

Pourquoi l’accord ?

«Les défis sont nombreux devant nous. Parce que nous n’avons pas su prendre la bonne direction, nous sommes devant un dilemme. Le pays vit une crise gouvernementale et il y a plusieurs échéances que nous ne pouvons pas honorer compte tenu des conditions et du temps. La 50ème législature, dans l’espace d’un trimestre, touche à sa fin pour être renouvelée avec une portion du Sénat et les collectivités territoriales aussi. Ce sont des faits de notre vie politique qui, autant qu’ils se répètent, semblent commander une réforme constitutionnelle. J’ajoute immédiatement la nécessité pour qu’une telle œuvre s’accompagne de projets porteurs qui tiennent compte de nos erreurs et de nos fautes», a indiqué Joseph Lambert estimant que «nous devrions prendre prétexte de cette conjoncture pour poser des actes majeurs et initier la nouvelle gouvernance».  

Les choses, telles qu’elles sont à l’heure actuelle, a poursuivi Joseph Lambert, ne permettent pas ce nouveau départ s’il ne survient pas un accord politique. Je souhaite que les esprits apaisés, la lucidité revenue, les acteurs politiques ou économiques assistés des élites intellectuelles ou morales parviennent à la tenue d’un dialogue vrai pour un accord politique qui annonce la Nouvelle République pour Haïti. Dans notre champ politique, il y a beaucoup trop d’orateurs et trop peu d’implication», selon le sénateur Joseph Lambert qui s’est exprimé sur les sorties de Evans Paul et de Sainphor Liné Balthazar (…)

Lire la suite sur Le Nouvelliste

https://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/09/Joseph-Djo-Lambert.jpghttps://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/09/Joseph-Djo-Lambert-200x200.jpgRoberson Alphonse/Le NouvellisteOpinions / Réflexions / AnalysesLe président Jovenel Moïse, en mode «suicide politique», avance vers l’abîme. Sans accord politique, conseillé par des alliés dont Évans Paul, Sainphor Liné Balthazar, le sénateur  Joseph Lambert, fraîchement passé à l’opposition, redoute le pire pour le chef de l’État et pour le pays… Le sénateur Joseph...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS