Le mouvement populaire s’est poursuivi vendredi en Algérie, en pleine vague d’arrestations politiques. La dernière en date est celle de l’ex-général et candidat à la présidentielle contre Adbelaziz Bouteflika, Ali Ghediri, détenu depuis jeudi.

La liste des arrestations s’étoffe un peu plus encore en Algérie, alors que le mouvement de contestation s’est poursuivi dans la rue pour la 17e semaine d’affilée. Vendredi 14 juin, les rues d’Alger étaient noires de monde, la foule défilant aux cris de “Voleurs, vous avez pillé le pays !”, à l’issue d’une semaine marquée par plusieurs arrestations politiques.

Jeudi 13 juin, c’est le général à la retraite Ali Ghediri, ex-candidat déclaré contre Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle du 18 avril (finalement annulée), qui a été écroué. Son chargé de communication l’a annoncé vendredi, indiquant que cette arrestation avait eu lieu pour “atteintes à l’économie nationale et au moral de l’armée”.

“Après avoir été entendu (jeudi) par le juge d’instruction (…), Ali Ghediri a été écroué à la prison d’El-Harrach”, dans la banlieue d’Alger, a expliqué Nabil Maizi, précisant que l’ex-général était accusé de “participation à la remise à des agents étrangers d’informations portant atteinte à l’économie nationale” et de “participation en temps de paix à un projet visant à porter atteinte au moral de l’armée afin de nuire à la Défense nationale”. Ce dernier n’a toutefois pas précisé quels faits lui étaient exactement reprochés (…)

Plus de détails : France 24
https://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/06/Manif-Algérie-1.jpghttps://espace-web.info/pawollapale/wp-content/uploads/2019/06/Manif-Algérie-1-150x150.jpgFrance 24InternationalLe mouvement populaire s'est poursuivi vendredi en Algérie, en pleine vague d'arrestations politiques. La dernière en date est celle de l'ex-général et candidat à la présidentielle contre Adbelaziz Bouteflika, Ali Ghediri, détenu depuis jeudi. La liste des arrestations s'étoffe un peu plus encore en Algérie, alors que le mouvement de...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS